Technology Apple, Samsung, Oppo, Huawei… Quelles performances pour les smartphones 2022 ?

Apple, Samsung, Oppo, Huawei… Quelles performances pour les smartphones 2022 ?




Au rayon des smartphones, ce premier semestre a été marqué par l’arrivée de nouveaux appareils très haut de gamme. Samsung a renouvelé sa série Galaxy S avec l’arrivée du Galaxy S22+. Oppo avec son Find X5 Pro, table sur son nouveau smartphone pour faire face à la concurrence, de même que Huawei avec son P50 Pro. Apple, dont la sortie du nouveau modèle est attendue pour le second semestre, joue de son côté la carte des bonnes affaires, avec le retour de l’iPhone SE, compatible avec la 5G. 

Quelles sont les smartphones les plus puissants du marché aujourd’hui ? Quel modèle semble le plus adapté à vos besoins ? Tour d’horizon des modèles disponibles, avec leurs forces, leurs faiblesses et leur prix. 

Le Samsung Galaxy S22+ se veut comme l’intermédiaire entre le classique S22 et le premium S22 Ultra.  (SAMSUNG)

Situé entre le S22 “classique” et le premium S22 “Ultra”, le smartphone Galaxy S22+, disponible depuis le 11 mars, emprunte des éléments techniques du modèle “Ultra” dans un format plus contenu. 

On a aimé : l’écran, la photo et l’autonomie 

Samsung n’a plus rien à prouver concernant ses écrans. La dalle “Super Amoled” qui équipe le Galaxy S22+ en est la preuve. La firme coréenne a eu l’excellente idée d’offrir les mêmes caractéristiques que celles de l’afficheur du S22 “Ultra”, à quelques détails près. Généralement bien calibré par défaut, il est possible d’encore mieux régler l’écran avec plusieurs options. L’image est particulièrement lumineuse, et au cas où la proposition de base ne vous apporterait pas suffisamment satisfaction, Samsung a intégré à l’interface de son terminal une fonction nommée “Luminosité supplémentaire”, permettant d’augmenter encore plus la luminosité de l’écran (quitte à sacrifier un peu d’autonomie). 

Pour l’appareil photo, Samsung a apporté un changement important à la configuration sur les trois modèles Galaxy S22, en déplaçant le centre d’intérêt du téléobjectif vers l’appareil photo principal. De ce fait, le S22+ possède un appareil photo grand-angle de 50 mégapixels, un appareil photo ultra grand-angle de 12 mégapixels et un téléobjectif de 10 mégapixels. La capture en 50 mégapixels n’est pas spécialement utile au quotidien du fait de la lourdeur des clichés finaux, mais ce mode a le mérite d’autoriser un zoom important dans les clichés – du moins quand la lumière est au rendez-vous. Utile donc si vous souhaitez isoler une petite portion de l’image. 

Côté autonomie, après avoir vu sur la fiche technique que la taille de la batterie du S22 et du S22+ avait diminué de 300 milliampères (mAh) sur chaque modèle par rapport à la gamme S21, on pouvait être inquiet de ses performances (la batterie du S22 Plus est de 4 500 mAh). Force est de constater que le S22+ est très endurant niveau batterie pour une journée d’utilisation type : sur notre session, ça a pris une moyenne de 18 heures pour que le déchargement soit complet. Il suffit d’une heure en moyenne pour le charger, grâce notamment à son chargeur secteur 45W, ce qui reste pratique quand on a tendance à utiliser des applications lourdes et qui consomment beaucoup d’énergie. 

On n’a pas aimé : la performance 

Les attentes de la performance étaient importantes vis-à-vis de la nouvelle puce haute gamme du smartphone, l’Exynos 2200, qui doit intégrer du “raytracing” pour mobile, un terrain graphique pour le moment réservé aux PC gaming et consoles de dernière génération. Hélas, la désillusion était présente sur le banc de test. Si la gestion de la RAM est correcte, c’est au niveau du GPU que le bât blesse. Le Galaxy S22+ est incapable de tourner au-delà de 50 images par seconde de façon constante pour la plupart des jeux. La moyenne se situe à 30 i/s. Les performances se révèlent globalement assez hasardeuses.

Nous avons longuement joué à des titres gaming connus pour tester les smartphones : rien de bloquant, même si des ralentissements sont apparus assez nettement dans les parties les plus “gourmandes”. Les jeux peuvent se régler d’eux-mêmes avec des paramètres globalement faibles, estimant qu’il s’agissait de la seule manière de bénéficier d’une expérience fluide. Même avec cette configuration, nous avons assisté à des ralentissements voire des arrêts d’images durant nos sessions de jeu (Genshin Impact par exemple). En passant la configuration globale en “moyen”, la situation a empiré, et le jeu nous a d’ailleurs bien fait comprendre que ce n’était pas une bonne solution pour améliorer la performance, qui se révèle être variable. Dommage par rapport au prix de vente.  

À partir de 1 059 euros

Oppo Find X5 Pro : élégance et performance

Avec son Find X5 Pro, le fabriquant Oppo veut prouver qu’il est largement capable de concurrencer les nouveaux produits Apple et Samsung,  (OPPO)

Avec son nouveau smartphone premium Find X5 Pro, disponible depuis le 24 mars 2022, Oppo veut jouer dans la cour des grands, en misant sur la performance et l’élégance.

On a aimé : le design, la performance et la photo

Très agréable à manipuler, intelligemment symétrique pour donner une sensation de maîtrise et recouvert de céramique, le Find X5 Pro est un smartphone magnifique. Son revêtement renvoie une impression très agréable lorsqu’on le touche, ce qui lui confère un avantage considérable sur la concurrence. Son poids, de 218 grammes, est aussi inférieur à celui de la plupart de ses rivaux haut de gamme.

Il n’y a pas qu’extérieurement que le Find X5 Pro excelle. Sous ses entrailles, on trouve une fiche technique qui a de quoi faire rêver avec son processeur Snapdragon 8 Gen 1, signé Qualcomm. Elle est la puce la plus puissante du moment dans l’écosystème Android. Il est ainsi possible de jouer pendant plusieurs heures sur le Find X5 Pro dans une qualité optimale, sans que l’appareil ne chauffe trop. Plaisant pour ceux qui aiment jouer sur les appareils mobiles.

Avec le Find X5 Pro, Oppo ne change pas sa formule gagnante de la photo, mais l’améliore. On a toujours deux fois le même capteur de 50 Mpix au dos du smartphone. L’un est dédié à l’ultra grand-angle et aux photos macro (ouverture f/2.2), l’autre sert aux photos du quotidien et innove au niveau de la stabilisation (5 axes). En plus de tout ça, on trouve un troisième appareil photo dédié au zoom x2 (capteur de 13 Mpix). De jour comme de nuit, en photo comme en vidéo, le Find X5 Pro est un excellent photophone. 

On n’a pas aimé : le zoom et le prix

Alors que Samsung dégaine sur son nouveau Galaxy S22 Ultra un zoom optique jusqu’à 10x, Oppo se satisfait d’un simple zoom optique 2x. C’est peu, mais le zoom numérique jusqu’à 20x du Find X5 Pro peut néanmoins offrir des résultats étonnants avec la stabilisation sur cinq axes du smartphone qui permet de compenser les effets du zoom (tremblements). C’est la première fois que ce type de stabilisation, bien connue dans le monde de l’appareil photo reflex, est utilisée sur un smartphone. Gare à l’ultra grand-angle qui, s’il est bien pratique devant un monument, crée des déformations qui ne sont pas toujours joyeuses. 

Aussi, à 1300 euros pour 256 Go, le Find X5 Pro fait partie des smartphones les plus onéreux dans la place. Un tarif hors de portée pour la plupart, et qui pourrait sérieusement refroidir face aux téléphones haut de gamme de d’autres concurrents. Difficile d’imaginer s’offrir un tel appareil sans passer par une offre opérateur pour le moment.

À partir de 1299 euros

Huawei P50 Pro : un appareil photo très convaincant

La marque Huawei se démarque avec un appareil restituant des clichés avec un niveau de détail élevé et une haute netteté.  (HUAWEI)

Avec ou sans Google, Huawei poursuit son chemin sur le terrain des smartphones premium. Sa dernière gamme, le Huawei P50 Pro, est disponible depuis janvier 2022. La firme Huawei a-t-elle toujours du potentiel ? 

On a aimé  : le design, l’écran et l’appareil photo 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le P50 Pro a un design qui attire. Il est gracieux sans en faire trop. A l’avant, on peut admirer un bel écran aux bords courbés entouré d’un cadre mince. Celui-ci marque toutefois trop facilement les traces de doigts. Deux gros cercles noirs trônent le haut du téléphone. Ils abritent les quatre capteurs photo, se voulant imiter les objectifs des vieilles caméras, donnant un design très particulier mais qui n’est pas pour autant dérangeant. Le Huawei P50 offre aussi une prise en main très agréable. Il ne fait que 8,5 mm d’épaisseur et pourtant on le tient parfaitement grâce à ses bords recourbés à l’avant et à l’arrière.   

Le Huawei P50 Pro embarque un écran de 6,6 pouces et une résolution de 2700 x 1228 pixels. La dalle Oled est parfaitement calibrée et elle affiche en conséquence des couleurs éclatantes et des noirs profonds. Son niveau de luminosité monte à 770 nits : autant dire que déchiffrer son écran en extérieur n’est pas un problème. 

Mais son point fort majeur reste la photo. Le smartphone bénéficie d’une nouvelle combinaison de caméras et d’un nouveau moteur de traitement d’image XD Diffusion Pro. Ce module photo rassemble un capteur principal de 50MP doublé d’un capteur monochrome de 40MP, d’un ultra grand-angle de 13MP et objectif télé photo. Le P50 Pro réalise ainsi des photos de qualité de jour, et il restitue des clichés, même avec le capteur principal 50MP, avec un niveau de détail très élevé et une netteté impressionnante. On note aussi le haut niveau du mode portrait, où l’appareil détecte le moindre petit cheveu et effectue des détourages complexes et propres.  

On n’a pas aimé: son accessibilité 

Le problème principal vient de l’accessibilité de ce smartphone. Pour faire simple, si on est dépendant des applications de la marque Google, autant avertir de suite : ils ne seront pas disponibles sur le P50 Pro. Comme tous les appareils connectés, il n’y a pas vraiment de soucis quand il s’agit d’avoir des applications comme les mails ou l’agenda puisque ce sont des standards. En revanche, c’est un peu plus problématique pour les applications comme Youtube, Google Maps, Google Drive, etc. Sans les Google Mobile Services, impossible d’accéder à ces applications.

Ceux-ci sont remplacés par une panoplie d’applications alternatives comme Petal Maps, Petal Search et dernièrement Curve, un système de paiement sans contact. C’est un bon moyen de se sevrer de Google mais ça retse frustrant pour ceux qui étaient habitués à leurs services. On pourra cependant toujours y accéder parle navigateur web.

À partir de 1 199 euros 

iPhone SE 2022 : un prix attractif

Pour 529 euros, ce nouvel iPhone se veut comme une bonne affaire dans le catalogue des smartphones d'Apple. (APPLE)

L’iPhone SE est de retour dans une troisième version depuis le 18 mars 2022. Après la sortie de ses quatre modèles d’iPhone 13 puis d’une nouvelle couleur – verte – pour cette gamme qui rencontre un grand succès commercial, Apple relance, après les modèles sortis en 2016 et 2020, une nouvelle mise à niveau du smartphone le plus abordable de son catalogue. La marque à la pomme vise ainsi une clientèle aux moyens plus modestes, avec un smartphone qui reprend le design de l’iPhone 8 mais avec des performances plus élévées.

On a aimé : son prix, sa puissance et son autonomie

Pour 529 euros, ce nouvel iPhone est une belle affaire pour ceux qui ne sont pas intéressés par les appareils très haut de gamme. Surtout par rapport au fait qu’il embarque la puce Apple “A15 Bionic” des derniers iPhone 13 et profite sur le papier de la même puissance que les modèles vendus entre 800 et 1200 euros. La théorie est confirmée dès la première prise en main, car l’iPhone SE (2022) est aussi fluide que les derniers sortis. Malgré son petit format, il affiche une réactivité satisfaisante, supportant tous les usages de façon modérée. Son processeur est aussi un gage de longévité, faisant que l’iPhone SE se pose comme l’un des smartphones les plus durables du marché. Il est en outre équipé pour la première fois d’un modem 5G pour pouvoir se connecter à la nouvelle génération de réseau mobile.

Reste enfin la question de l’autonomie. Si l’on se réfère aux standards du marché, celle de l’iPhone SE peut être considérée comme un défaut car il ne faut pas espérer terminer une journée sans avoir à le recharger si vous l’utilisez de façon intensive avec des applications qui demandent beaucoup d’énergie comme les jeux vidéo. Mais Apple a fait des efforts sur ce point, avec deux heures supplémentaires annoncées par rapport à l’ancien modèle, et il faut reconnaître une certaine progression. Dans notre test, nous avons pu constater que le nouvel iPhone SE tenait bien la charge dans le cadre d’une utilisation modérée (appels, messages, navigation web), c’est-à-dire sans excès d’applications “gourmandes” en énergie.

Ce modèle constitue donc un compromis parfait pour ceux qui souhaitent rester dans l’environnement Apple sans dépenser une somme avoisinant les 1000 euros pour son smartphone. Opter pour un iPhone SE est un moyen pour les “Apple addict” de partager le budget avec un autre appareil de la marque, comme le nouvel iPad Air – intégrant une puce M1 d’Apple – ou l’Apple Watch Series 7, qui bénéficie notamment d’un écran Oled plus grand (augmentation de 15% par rapport aux anciens modèles) et d’un verre plus résistant et plus étanche. 

On n’a pas aimé : son appareil photo 

Pour proposer un iPhone aussi puissant à un tarif serré, Apple fait des concessions sur la partie photo. L’iPhone SE embarque toujours un seul capteur à l’arrière, une véritable exception à l’heure où la plupart des modèles multiplient les optiques pour offrir plus de polyvalence dans les usages. 

Ce statut-quo est cependant compensé par les grandes capacités de la puce A15 dans le traitement des images qui lui permettent de proposer des photos un peu plus réussies le soir sans pour autant disposer d’un mode nuit à proprement parler comme sur les derniers iPhone. Pas de souci en journée, où l’appareil brille par sa réactivité et son interface complète malgré l’absence de grand-angle et un zoom numérique qui est largement daté par rapport aux concurrents comme Samsung ou Oppo. Rien de neuf à l’avant, où Apple conserve les 7 mégapixels pour les selfies, ce qui reste un peu dommage.

À partir de 529 euros

Et aussi

– Xiaomi Redmi Note 11 Pro 5G à partir de 319 euros

– Xiaomo 12 et 12 Pro à partir de 899 euros

– OnePlus 10 Pro à partir de 919 euros



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *